#RapDeal : Managers dans le rap, comment ça marche ?

par Flora Roiné
5 octobre 2022

Avec #RapDeal, notre agence 135 MÉDIA met à profit son expérience pour présenter les coulisses du monde du rap. Après vous avoir expliqué les agrégateurs, les éditions et la SACEM ou encore les marques et le rap, notre émission de vulgarisation de l’industrie musicale est de retour !

Vous étiez nombreux à nous demander de parler du manager, probablement le partenaire le plus important pour un rappeur. Cette vidéo sera divisée en 5 parties : on va parler du rôle du manager, la différence avec le producteur, sa rémunération, la difficulté de vivre de ce métier et comment trouver un bon manager.

 

 

1/ Le rôle du manager

Le manager est là pour défendre les intérêts de son artiste. C’est l’artiste qui le paye (en lui donnant une commission sur ses revenus) pour le conseiller dans sa carrière. Il est l’intermédiaire privilégié entre l’artiste et son éco-système : label, éditeur, tourneur, médias, marques.

Il va défendre les intérêts de son artiste face à ces partenaires qui peuvent avoir des intérêts divergents. Il va aussi amener une vision d’ensemble, étant impliqué dans toutes les activités musicales de son artiste. Un manager confirmé va aussi mettre son réseau à disposition et trouver des opportunités par exemple en lui trouvant des collaborations avec des marques ou des featurings.

Au-delà de cet aspect business, c’est aussi l’homme, ou la femme, de confiance sur lequel l’artiste se repose en cas de doute. Il est aussi en charge de son agenda et s’assure qu’il sera en mesure de répondre à ses engagements. 

2/ La différence entre producteur et manager

Dans le rap on confond souvent le producteur et le manager, souvent pas abus de langage. Mais dans les faits ce sont deux rôles opposés : le producteur de l’artiste est son « employeur » il va investir de l’argent sur son projet et donner un pourcentage des recettes à l’artiste.

À l’inverse le manager est « l’employé » de l’artiste, c’est lui qui va le payer en échange d’un service (la défense de ses intérêts) et à aucun moment le manager n’investit d’argent. Il est d’ailleurs interdit d’être à la fois producteur et manager de l’artiste, cela revient à être « juge et parti ». 

3/ La rémunération du manager

Depuis tout à l’heure on parle de la rémunération du manager, mais combien il gagne ?

La rémunération en tant qu’agent d’artiste est cadré dans la loi : maximum 10% des revenus bruts de l’artiste. Mais la loi autorise d’augmenter cette commission à 15% si le manager s’implique dans le développement de la carrière de l’artiste, au-delà de la négociations des contrats (comme l’accompagnement sur les évènements, gestion de son agenda).

Quand un manager collabore avec un artiste ils vont signer un mandat dans lequel ils vont définir :

  • Le pourcentage : Qui peut diminuer si l’artiste monte sa société et devient producteur, les sommes brutes étant beaucoup plus élevées
  • L’assiette : Le manager est censé toucher sa commissions sur tous les revenus : merchandising, concerts, endorsement, éditions, label. Mais il peut accepter d’exclure certaines sources de revenus s’il n’est impliqué. Par exemple la tournée, s’il n’a pas négocié avec le tourneur et qu’il n’accompagne pas l’artiste en concerts.
  • La durée du mandat : En général le manager signe pour deux ou trois ans avec l’artiste, parfois avec une période d’essai.
  • Rémunération de fin de contrat : Comme le travail du manager peut porter ses fruits après l’expiration du contrat, il négocie généralement une durée après la fin où il continue à toucher sur les contrats qu’il a signé pendant son mandant (sauf en cas de rupture pour faute).

Cette rémunération pose quelques problèmes ! 

4/ La difficulté d’être manager en France ?

Être manager est un métier très difficile, il faut être pertinent sur beaucoup de sujets comme la communication, l’artistique, l’administratif, le juridique et le business.

Il faut aussi consacrer énormément de temps à l’artiste, en l’accompagnant dans ses RDV et déplacements importants. Et il faut, surtout, rester disponible à toute heure pour le soutenir. Sauf que cette limite de 15% est basse. Imaginons qu’un manager veut se consacrer pleinement à un artiste et générer au moins 2 000€ net par mois, il faut qu’il lui facture 3 000€ (sur lesquels il va payer 30% de charges), donc que son artiste soit lui-même rémunéré 20 000€ par mois ! Des sommes réservées à des gros artistes, pour finalement une situation assez précaire pour le manager (qui est indépendant et n’a aucune sécurité de l’emploi). Ne parlons même pas du co-management où plusieurs managers se partagent la commission.

Cette situation économique fait qu’il existe peu de managers professionnels, ou alors qu’ils vont devoir multiplier les activités pour gagner leurs vies. La plupart finissent d’ailleurs par devenir producteur. C’est d’ailleurs pourquoi qu’en général ce sont des proches de l’artiste qui s’improvisent manager et qui apprennent sur le tas, parfois au détriment de l’artiste malgré leur bonne volonté. 

5/ Comment trouver un manager ?

En tant qu’artiste vous savez maintenant quel est le rôle du manager et sa rémunération. Mais comment trouver un bon manager ?

Il existe quelques structures spécialisées dans le management en France : Le bureau des artistes, #NP Management, Rush Management ou encore Grand Management Music. Mais en raison des contraintes financière évoquées, il faut qu’ils aient vraiment confiance en votre potentiel pour se positionner. Il reste la possibilité de miser sur un proche de confiance, mais dans ce cas assurez-vous qu’il sera en mesure de se former pour pouvoir suivre l’évolution de votre carrière !

 

Retrouvez la vidéo du même sujet sur notre chaîne YouTube !

    Laisser un commentaire